Archives mensuelles : octobre 2010

Vendanges 2010… Premier bilan…

Bilan quantitatif tout d’abord… Les pinots noirs sont nettement en dessous des chiffres de 2009. Avec une baisse selon les parcelles, de 10 à 20 % en moyenne. Pour les Gamay, même constatation, mais là la baisse se situe entre 15 et 30 %.  Une floraison moins correcte que les années précédentes ainsi qu’un poids moyen des grappes et des baies plus bas qu’attendu expliquent en grande partie ce résultat mitigé.

Autre constat, mais celui-là plus personnel et plus local, le gamaret (2 parcelles) se situe entre 400 et 500 grammes par mètre carré. Victime du gibier apparemment, vu que les grappes étaient bel et bien là,  mais plus les baies 🙂

Pour tous les autres cépages rouges et pour les blancs en général, les quantités sont proches de celles de 2009, voir de la moyenne décennale.

Dernier élément, on enregistre en moyenne, des rendements de pressurage plus faibles qu’habituellement. C’est-à-dire que pour 100 kilos de raisins, par exemple pour les arvines ou le païen, on note une baisse de 5 à 10 % par rapport aux rendements habituels.

Donc les chiffres généraux de la récolte cantonale 2010 s’orienteront plutôt vers une baisse.

Bilan qualitatif : Des vendanges étalées sur plus d’un mois ont permis d’atteindre des taux de sucre (degrés Oechsle) élevés.  Quelques exemples : pinot noir et gamay entre 94 et 100 Oechsle, arvine et païen 104 Oechsle, johannisberg 98 Oechsle, les fendants entre 78 et 85 Oechsle, syrah 100 Oechsle, cornalin 94 Oechsle, syrah 99 Oechsle. Mention particulière à l’ancelotta (cépage teinturier) à plus de 107 Oechsle !

Des taux de sucre qui vont assurer une structure et un degré d’alcool imposants. Heureusement que les taux d’acidité sont nettement plus élevés que pour les 2009. En fait on est sensiblement plus proche des acidités du millésime 2008.

A l’heure de ce premier bilan, les spécialités rouges terminent gentiment leur 1ère fermentation. Les pinots noirs et les gamays laissent entrevoir une belle structure, des tanins soyeux et une couleur très présente.

Pour les cépages blancs, tous ont déjà terminé leur première fermentation et tous sont secs, c’est-à-dire qu’ils ne contiendront pas de sucres résiduels. Un fruité impressionnant s’en dégage déjà.

Ne reste qu’à attendre les résultats des deuxième fermentation pour voir à quel niveau vont se situer les taux d’acidité définitifs.

La suite donc au prochain épisode 🙂

Vendanges 2010… C’est parti !!!

Une naissance...

Les pinots noirs sont tous rentrés, une magnifique qualité et des sondages entre 94 et 104 degrés Oechsle. C’est parti pour 4 à 5 jours de macération à froid.

Ensuite une dizaine de jours de fermentation alcoolique et l’on pourra déjà se rendre compte du style du millésime 2010.

Du côté des blancs, le Chenin Blanc et le Pinot Blanc ont été également vendangés. Ils ont atteint une bonne maturité au niveau des sucres.

Un choix personnel au niveau des dates, dans le but de leur conserver un taux d’acidité satisfaisant. En croisant les doigts pour qu’ils daignent terminer tous leurs sucres afin d’obtenir des vins les plus secs et vifs possible 🙂

Temps Présent : du poison dans les vignes… Un scandale !!!

Lien vers l’émission, pour ceux qui ne l’auraient pas vue…

Photo : Air-Glacier

Cette émission est parfaitement scandaleuse, mais doit-on s’en étonner. La TSR n’en est pas à son coup d’essai et nous avait déjà gratifiés, il y a quelques mois, d’une émission tout aussi déroutante.

Il aurait sans doute fallu prendre au moins la peine de se renseigner un peu avant de raconter tout et n’importe quoi. Au départ ciblée sur les pesticides et autres insecticides, l’émission a ensuite dérivé sur les fongicides.

Beaucoup de choses non-dites semblent avoir bien arrangé la journaliste.

En 15-20 ans, nous sommes passés de 12 à 15 sulfatages annuels en moyenne, à aujourd’hui, 5 à 6 sulfatages.

Dans cette même période, la liste des produits autorisés s’est considérablement raccourcie et bon nombre de produits, certes très toxiques pour certains, on disparu depuis longtemps.

Les efforts de Vitival et de la PI (production intégrée) en général, ont su faire en sorte que ces pratiques soient très généralisées, ce qui fait du Valais et de la Suisse en général, un pionnier en la matière et cela aussi bien au niveau européen que mondial.

Bizarre qu’il faille se rendre dans le Bordelais pour pouvoir encore enfoncer le clou…

Evidemment pas un mot sur la disparition des acaricides suite à la réintroduction des tiphlodromes ni sur la quasi suppression des insecticides grâce à la confusion sexuelle.

Et que dire du traitement réservé à l’hélicoptère ? A ma connaissance, ce dernier n’est utilisé que pour l’épandage de fongicides tels que cuivre, souffre ou leurs dérivés plus actuels. Le traiter d’empoisonneur est purement et simplement scandaleux.

5 à 6 matins annuels de nuisances sonores insupportables pour certains ? Doit-on en déduire qu’il serait plus intéressant pour les oreilles de ces grincheux, qu’il faille en revenir aux bons vieux atomiseurs 2 temps ? Quelques heures d’hélicoptère remplacées par des centaines d’heures d’appareils bien plus bruyants et bien plus polluants ? Beau bilan écologique en perspective.

Mais ça n’est pas tout… L’hélicoptère, ne peut intervenir avant 6H30 du matin pour éviter de blesser les oreilles délicates de certains riverains. Certainement quelques citadins nostalgiques du bruit des camions poubelle dès 5H00 du matin ? Quand je pense à la différence de nuisance avec ces bon vieux FA-18 qui eux, volent même la nuit…

Le but de cette manoeuvre matinale est d’éviter le plus possible le vent qui déporterait les produits hors le la zone de traitement. Et bien non, certains considèrent qu’il est mieux d’attendre la fin de matinée, souvent le moment ou la bise se lève.

Encore mieux, même avec un atomiseur au dos, il vaut mieux attendre 7 heure du matin avant de traiter, sous peine de se prendre une copieuse amende de Fr. 250,.- Mais quel bonheur d’attendre les heures plus chaudes pour galoper d’un mur à l’autre…

Mais heureusement que quelques illuminés alémaniques sont là pour nous remettre dans le droit chemin et carrément inviter les autorités aériennes suisses à se déplacer en vue certainement de durcir encore la règlementation actuelle pourtant déjà bien pointilleuse.

Entre la cruelle désinformation et le manque de compréhension et de patience de certains… Il y a de quoi être un brin furibar, non ???

octobre 2010
L M M J V S D
« Août   Nov »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Conditions

Vous êtes autorisés à répondre aux articles existants, ainsi qu'à créer un nouvel article, après votre inscription. Sa publication sera soumise à un contrôle préalable Merci de votre compréhension !